Fonctionnement de votre distribution

Le processus de démarrage de votre ordinateur

Se connecter à sa machine

Root : le super utilisateur

Les premières choses à faire

Pré-requis théorique

Qu'est-ce qu'un paquet ?

Les différentes versions de Debian GNU/Linux

Comment démarrer ?

Mettre sa Debian GNU/Linux en français

Modifier son source-list pour récupérer ses paquets à partir d'Internet

Installer son premier paquet

Éditer son premier fichier de configuration pour transformer sa Debian GNU/Linux stable vers unstable

Article écrit par Cédric Lignier, wikisé et amélioré par Arnaud Fontaine.

Cet article rassemble plusieurs de ceux du guide de Cédric, tel que « Comment fonctionne votre Debian GNU/Linux », « Les commandes de base de votre Debian GNU/Linux » et « Les premières choses à faire ».

Fonctionnement de votre distribution

Cet section a pour objectif de vous familiariser aux systèmes UNIX et GNU/Linux, en particulier Debian GNU/Linux. Cet section vous expliquera ce qui se passe entre le moment ou votre machine démarre et le moment ou votre Debian GNU/Linux vous donne la main (une fois que le prompt du shell apparaît). Vous apprendrez également comment vous connecter à votre machine une fois l'installation terminée.

Le processus de démarrage de votre ordinateur

A la mise sous tension de votre ordinateur, il y a dans un premier temps la phase d'initialisation du BIOS de la carte mère : celui-ci fait l'inventaire du matériel de votre machine (bus, RAM, disques, cartes présentes…). Puis le BIOS recherche le système d'exploitation sur l'un de vos périphériques de stockage.

Définition du BIOS
Le BIOS ou « Basic Input/Output System » est un composant essentiel de votre ordinateur. C'est un petit logiciel qui permet le contrôle du matériel de votre machine.

Habituellement (si on ne démarre pas sur une disquette), le BIOS charge en mémoire le MBR.

Définition du MBR
Le « Master Boot Record » (ou MBR) est le 1er secteur d'une partition ou d'un disque dur. Il a une taille de 512 octets.

Supposons que le chargeur d'amorçage LILO. Une première partie de LILO est chargée puis exécutée.

Définition de LILO
Le « LInux LOader » (LILO) est un gestionnaire d'amorçage, donc cela permet de charger le noyau. C'est grâce à lui que vous pourrez, si le coeur vous en dit, autoriser le démarrage potentiel de plusieurs systèmes d'exploitation sur le même PC, mettre un mot de passe, démarrer automatiquement après un certain temps, etc…

Sa tâche consiste dans un premier temps à charger en mémoire la 2ème partie de LILO (environ 5 Ko, ceci ne se trouve pas dans le MBR car comme nous l'avons dit le MBR ne peut contenir que 512 octets). Lors de cette phase, il y a affichage des lettres LI. S'il y a arrêt à cette étape, c'est que LILO n'arrive pas à s'exécuter. Cette 2ème partie va permettre à l'utilisateur de choisir le système à lancer.

GNU Grub, un remplacant de LILO
Pour plus d'informations, consultez l'article « Migration de Lilo vers GNU Grub » dans la rubrique

.

Ensuite le noyau du système choisi est décompressé à la volée et est chargé en mémoire. Sur votre Debian GNU/Linux Ceci est accompagné de l'affichage du message :

” Uncompressing Linux …done. Now booting the kernel ….. ”

Dès lors c'est le noyau qui prend les affaires en main. Il va inspecter l'environnement matériel de votre machine, réserver de la mémoire, détecter le matériel et charger en conséquence les pilotes des périphériques nécessaires au bon fonctionnement de votre machine puis prendre en compte la zone d'échange (swap)… Au final, le noyau va lancer le 1er processus qui va vous permettre d'avoir la main sur votre machine. Ce processus particulier est le processus INIT.

Qu'est-ce qu'un noyau ?
Le noyau (ou kernel) représente le coeur de votre système. C'est le logiciel de base qui permet de de gérer le matériel, directement ou par l'intermédiaire de modules, de gérer les tâches et de leur partager le temps machine afin de réaliser ce qu'on appelle un fonctionnement multitâche, où plusieurs applications s'exécutent simultanément. Le noyau comprend toute la couche réseau de GNU/Linux. Le noyau sait gérer de nombreux systèmes de fichiers, comprend de nombreux pilotes, et bien d'autres choses encore. Le noyau est disponible sous forme de source, et on peut le compiler après l'avoir configuré pour répondre à ses besoins.

Se connecter à sa machine

Lorsque le système a fini de s'initialiser il vous donne la main avec l'invite :

” Debian GNU/Linux 3.0 LINDEBIAN-SERVEUR tty1 LINDEBIAN-SERVEUR login: ”

A cette invite, vous devez vous identifier sur votre machine. Et oui c'est comme ca que GNU/Linux fonctionne. Que l'on soit ou pas sur un réseau, chaque utilisateur doit montrer patte blanche pour pouvoir utiliser le système.

Chaque utilisateur a des privilèges particuliers. On peut en effet configurer sa machine pour qu'un utilisateur ne puisse qu'écouter de la musique, pour qu'un autre puisse seulement imprimer ou se connecter de l'extérieur à votre machine…

Root : le super utilisateur

Les utilisateurs ordinaires ont généralement des privilèges tels qu'ils ne peuvent rien faire qui puisse gêner les autres utilisateurs ou la bonne marche du système. Les droits d'accès aux fichiers sont positionnés de telle façon que l'utilisateur normal ne puisse ni effacer, ni modifier des fichiers dans les répertoires partagés par tous (comme ”/bin/” et ”/usr/bin/”). Beaucoup protègent également leurs propres fichiers en leur donnant des permissions telles que les autres personnes utilisant le système ne puissent y accéder.

Il existe un utilisateur qui a le contrôle sur l'ensemble de la machine. C'est l'utilisateur root. On l'appele également le super-utilisateur. Cet utilisateur n'a pas de restrictions sur la machine. L'utilisateur root peut lire, modifier, supprimer n'importe quel fichier du système, changer les permissions et les propriétaires, exécuter certains programmes, comme ceux destinés à partitionner les disques durs ou créer des systèmes de fichiers. Le principe est simple: la personne (ou les personnes responsables) de la gestion de l'ordinateur utilise le compte root chaque fois qu'il est nécessaire d'effectuer une opération normalement interdite aux utilisateurs normaux. Elle est la seule à en posséder le mot de passe, et utilise ce privilège parcimonieusement: root ayant tous les droits, il lui est très facile de faire des erreurs pouvant avoir des conséquences catastrophiques.

Par exemple, en tant qu'utilisateur normal, si par inadvertance vous tentiez d'effacer tous les fichiers présents dans ”/etc/”, le système vous l'interdirait. Si c'est l'utilisateur root qui fait la même manipulation, il en aura le droit et les fichiers seront irrémédiablement perdus, rendant la machine quasiment inutilisable. Il est très facile de détériorer le système sous le compte root.

Les premières choses à faire

Maintenant que votre Debian GNU/Linux est installée, nous allons commencer à la configurer. Dans un premier temps nous allons découvrir ce qui se cache derrière le mot paquet (ou package en Anglais). C'est un mot qui va revenir régulièrement donc autant le définir une bonne fois pour toute. Ensuite d'un point de vue plus pratique nous allons traduire votre Debian GNU/Linux en français et la mettre à jour vers une version plus récente que celle que vous venez d'installer. Ceci vous permettra d'obtenir des versions de logiciels beaucoups plus récentes (même si cela peut être au détriment de petits bugs de temps à autre).

Pré-requis théorique

Qu'est-ce qu'un paquet ?

Comme vous l'avez lu en introduction, ce qui fait la force de votre distribution Debian GNU/Linux c'est le fait qu'elle dispose d'un puissant système d'installation et de mise à jour de/paquet/.

Un paquet ?
Un paquet est un logiciel ou une partie d'un logiciel que l'on a mis dans un paquet. Ce paquet prend la forme d'un fichier avec un nom particulier : “nom-du-logiciel_numéro-de-version_nom-de-l'architecture.deb” (par exemple le fichier “apache_1.3.24_i386.deb” contient la version 1.3.24 du programme Apache pour processeurs Intel). Ce fichier contient les binaires du programme ainsi qu'un certain nombre d'en-têtes. Ces en-têtes contiennent : le nom du paquet, son numéro de version, l'architecture pour laquelle il a été compilé, et la catégorie à laquelle il appartient, le nom du développeur Debian qui s'en occupe et son adresse email, une description du logiciel qu'il contient et enfin le nom et la version des autres paquets dont il dépend ainsi que les autres paquets avec lesquels il entre en conflit.

Ce puissant système de gestion de paquets se nomme « Another Packaging Tools » (ou APT) et il est bien sûr installé de base avec votre Debian GNU/Linux puisqu'il est utilisé très rapidement par le programme d'installation.

Il est très simple d'utilisation. Voici les principales commande à connaître. Il faut bien sûr les utiliser en tant qu'utilisateur root (comme toutes les commandes d'administration).

Commandes de gestion des paquets
Vous pourrez trouver un « Mémento des commandes de gestion des paquets » dans la rubrique

.

Les différentes versions de Debian GNU/Linux

Votre Debian GNU/Linux est actuellement en version stable. Il existe plusieurs versions de Debian GNU/Linux.

Il existe trois versions de Debian GNU/Linux :

  • Une version officielle aussi appelée version stable (nom de code Sarge, numérotée 3.1 (elle a pour l'instant été révisée une fois, la dernière version est donc la 3.0r0a).
  • Une version testing (nom de code Etch) qui deviendra la future version stable.
  • Une version unstable (nom de code Sid) destinée à tester les nouveaux paquets.

Chaque version a son utilité. Les avantages et inconvénients des trois versions de Debian GNU/Linux sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Nom de la version Type de la version Description Avantages Inconvénients Utilisation
Debian GNU/Linux Sarge Stable Les paquets ne sont modifiés que pour corriger des problèmes de sécurité majeurs. Stabilité et mises-à-jour de sécurité suivies. Les paquets sont très anciens. Idéal pour des serveurs qui n'ont pas besoin d'interface graphique. Egalement intéressant pour des utilisateurs qui ont un ordinateur personnel avec une carte graphique ancienne.
Debian GNU/Linux Etch Testing Une fois que les paquets ont atteint les critères de stabilité et de qualité imposés, ils sont déplacés vers cette zone. Les paquets sont plus nombreux et plus récents qu'en version stable On n'a cependant toujours pas la toute dernière version des paquets. Pour les utilisateurs expérimentés. Déconseillé pour un serveur.
Debian GNU/Linux Sid (Still In Development) Unstable Les paquets dans cette zone ne sont pas ou peu testés, et peuvent contenir des problèmes suffisamment graves pour affecter la stabilité de votre système. Seuls les utilisateurs suffisamment expérimentés devraient utiliser cette distribution. paquets encore plus nombreux et le plus récent possible. Mises à jour incessantes ; paquets parfois défectueux. Pour les utilisateurs qui ont une bonne experience de Linux et qui utilise un ordinateur personnel avec une carte graphique recente. Cette version est déconseillée pour monter un serveur compte tenu des failles de sécurité qui peuvent survenir suite à la mise a jour du système.

Je vous propose dans ce guide de l'utilisateur d'installer une/Debian GNU/Linux Sid (Still In Development)/.

Passage d'une Debian GNU/Linux Sarge à une Debian GNU/Linux Sid
Opération irréversible ! Il faut savoir que vous pouvez passer facilement d'une version inférieure à une version supérieure, mais l'inverse est plus difficile. Donc si vous installez une Debian GNU/Linux Sarge , vous pourrez passer facilement en Debian GNU/Linux Sid (Still In Development) mais vous ne pourrez que difficilement revenir en Debian GNU/Linux Sarge.

Comment démarrer ?

Bon, maintenant que les présentations ont été faites, voyons comment mettre tout cela en application. Commencez donc par allumer votre machine. Au bout d'un certain temps, vous devriez obtenir un invite dans le genre :

” Debian GNU/Linux 3.0 LINDEBIAN-SERVEUR tty1 LINDEBIAN-SERVEUR login: ”

N'ayez pas peur tout va bien! Votre Debian GNU/Linux vous demande simplement avec quel utilisateur vous voulez vous connecter. Entrez :

root

Validez à l'aide de la touche <ENTREE> suivi du mot de passe qui est associé à cet utilisateur et validez une fois encore. Vous devriez obtenir un invite du genre :

” Linux LINDEBIAN-SERVEUR 2.4.18-bf2.4 #1 Son Apr 14 09:58:28 CET 2002 i686 unknown unknown Most of the program included with the Debian GNU/Linux system are freely redistributable; the exact distribution terms for each programare described in the individual files in /usr/share/doc/*/copyrightDebian GNU/Linux comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY, to the extentpermitted by applicable law. LINDEBIAN-SERVEUR:~# ”

Encore un petit peu de culture Linux est ainsi un système multi plate-forme. Il est également multi-utilisateurs (plusieurs personnes peuvent en même temps travailler sur le même ordinateur), mais aussi multi-tâches (plusieurs applications peuvent être lancées en même temps sans qu'aucune n'affecte les autres) et multi-processeurs.

Mettre sa Debian GNU/Linux en français

Je pense qu'à ce stade c'est la toute première chose à faire. En effet, vous avez dû remarquer qu'après l'installation de nombreux messages se sont affichés en Anglais. Nous allons essayer de remédier à cela en traduisant tous les messages délivré par les logiciels de votre Debian GNU/Linux.

L'anglais subsiste !
Tous les paquets livrés avec le système Debian GNU/Linux sont maintenus par de nombreux bénévoles tout autour de la planète etces derniers n'assurent pas tout le temps la traduction en français. Il y aura donc pour certains packages des messages qui seront affichés en anglais ou dans la langue d'origine du/paquet/. La bonne solution c'est de se plonger dans la langue anglaise.

Pour cela nous allons installer le paquet locales :

# apt-get install locales
Installation de paquet avec APT
APT vous demande toujours lors del'installation d'un paquet si vous êtes vraiment sûr de vouloirl'installer. Il vous indique également les autres paquets qui doivent être installés pour que votre paquet fonctionne correctement. On considère qu'à chaque fois que l'on installe un paquet,cette étape est confirmée.
# apt-get install apt-file
Reading package Lists… Done
Building Dependency Tree… Done
The following extra packages will be installed:
libapt-pkg-perl libconfigfile-perl
The following NEW packages will be installed:
apt-file libapt-pkg-perl libconfigfile-perl
0 packages upgraded, 3 newly installed, 0 to remove and 15 not upgraded.
Need to get 106kB of archives. After unpacking 442kB will be used.
Do you want to continue? [Y/n]

Il existe toutefois une solution pour éviter de devoir confirmer cette opération à chaque fois en rajoutant l'option -y comme l'exemple suivant :

# apt-get install locales -y

A vous de choisir mais éviter l'option -y si vous hésitez… Vous devrez répondre aux questions suivantes :

paquet locales
Question Réponse à choisir
Select locales to be generated Ne rien choisir
Which locale should be the default in the systeme environment Leave alone
Select locales to be generated en_US ISO-8859-1/et /fr_FR ISO-8859-1/et /fr_FR.UTF-8 UTF-8/et /[email protected] ISO-8859-15
Which locale should be the default in the system environment [email protected]

Pour que les changements soient pris en compte déconnectez-vous :

# logout

Ou appuyez sur les touches <Ctrl> + <D>. Puis reconnectez vous en tant qu'utilisateur root.

Modifier son //source-list// pour récupérer ses paquets à partir d'Internet

Nous avons commencé à installer notre Debian GNU/Linux à partir de CDROM. Pour être tout le temps à jour je vous conseille (si vous avez une connection à Internet) de récupérer vos paquets directement sur Internet. Pour cela nous devons reconfigurer APT. APT fonctionne avec une liste de chemins (que l'on appele en général des sources) qui lui permettent d'atteindre des paquets. Ces sources / peuvent pointer vers un disque dur local ou distant (sur une LAN), un chemin vers un lecteur de CDROM, un chemin vers un lecteur de disquette, ou encore un chemin vers un serveur FTP ou HTTP. Pour avoir les paquets les plus récents, nous allons modifier le fichier de configuration d'/APT. Un programme spécifique s'occupe de la configuration d'/APT/.

# apt-setup

Répondez aux questions qui vous sont posées. Les questions devraient désormais être en français !

apt-setup (1/2)
Question Réponse à choisir
Méthode utilisée par apt pour accéder à l'archiveDebian : http
Utiliser des logiciels non libres ? No
Utiliser les logiciels de la section contrib ? Yes
Choisissez un pays France (ou le pays dans lequel vous résidez)
Choisissez un miroir Debian à utiliser
 
obsolete/prise-en-main.txt · Dernière modification: 18/02/2008 22:56 (modification externe)